Laïcité : une réponse à l’avenir des hommes

Laïcité : une réponse à l’avenir des hommes

Les DDEN, Délégués Départementaux de l’Education Nationale, témoignent leur attachement aux principes de Liberté, d’Egalité, de Fraternité et de Laïcité.

Pas de Liberté sans Laïcité, Pas d’Egalité sans Laïcité, Pas de Fraternité sans Laïcité.

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction…

La fraternité, la laïcité comme la liberté et l’égalité sont constitutionnelles mais la fraternité comme la laïcité dépendent de notre volonté, de notre engagement et parfois de notre résistance. La laïcité garantit toute liberté de conscience, toute liberté de pensée et toute liberté d’expression ouverte au débat démocratique.

Dans le cadre de notre mission, la laïcité est une exigence et un point fort. C’est simple, mais surtout un état d’esprit et de comportement. Etre laïque c’est s’engager, c’est affirmer que l’on est autre chose en pensées, en actions, que la somme de ses appartenance. La laïcité organise pour tout les citoyens un espace régi par la loi, par le droit, où tous les hommes sont égaux sans qu’il soit possible à des règles communautaires d’installer dans cet espace des hiérarchies ou des exclusions.

La loi 1905 permet le « vivre ensemble » et non le vivre en communautés juxtaposées à l’image d’une société puzzle. C’est en cela qu’elle a parachevé l’oeuvre entreprise par la Déclaration de 1789 qui, déjà, parlait de liberté religieuse. La culture commune naît dans la laïcité. Toute forme d’exclusion, d’intolérance, dégénère en repli communautaire ou s’exprime par la violence. Cette culture commune doit toujours avoir en vue l’universel et être indépendante des croyances particulières. L’ouverture à l’universel exclut l’enfermement dans la différence.

L’école de la République a un rôle prépondérant et déterminant pour l’intégration des enfants dans la société et pour la construction de leur avenir. Elle constitue un enjeu politique central car la question scolaire rejoint la question sociale. Elle a une mission essentielle pour l’intégration des enfants dans la société et détermine ce que sera la société de demain. L’école de la République est un lieu privilégié de transmission des savoirs et des valeurs républicaines ; son programme devrait donc inclure l’histoire de la laïcité et de ses principes. L’éducation à la laïcité y est donc bien indispensable.

Au communautarisme qui enferme la laïcité oppose un humanisme qui libère. Dans notre société de plus en plus déchirée de revendications identitaires, pour tous les enfants citoyens en devenir, engageons-nous à vivre ensemble et à vouloir avec nos différences. L’idéal laïque permet de penser ensemble le singulier et l’universel.

La laïcité appelle la rencontre des convictions en évitant l’affrontement des certitudes.

Elle est une réponse à l’avenir des Hommes.

                                 texte proposé par Dominique Roblot, vice-présidente du Conseil Fédéral,                                            adopté en Conseil Fédéral le 21 janvier 2015.