Communiqué

RYTHMES SCOLAIRES
Comment peut-on parler sérieusement aujourd’hui des incidences de la réforme des rythmes scolaires sur la réussite des élèves, à peine trois ans après une mise en place souvent plus que laborieuse ? Quand placera–t–on enfin l’enfant au centre des réflexions et propositions, en dehors des préoccupations politiques, corporatistes et consuméristes de tout genre ? « Les victimes sont d’abord les enfants, encore et toujours les enfants, en particulier les plus démunis et vulnérables qui cumulent les souffrances personnelles, familiales, scolaires, sociales, culturelles…» (extrait de la lettre de Hubert Montagner ancien directeur de l’INSERM à la Ministre Mme Najat Vallaud-Belkacem- 20 janvier 2015). Prenant appui sur les travaux de spécialistes réputés, la fédération nationale des DDEN rappelle son attachement à la réforme des rythmes scolaires qui prévoit des journées d’enseignement plus courtes, la répartition hebdomadaire des heures de classe sur 9 demi-journées et des activités périscolaires.