Ahurissant !

Un texte ahurissant sous la plume de socialistes, dont le président de l’observatoire de la laïcité.

Le «  récit républicain » vu par ces « socialistes » renie allègrement et sans complexes  la déclaration des droits de l’homme consacrant la liberté «  même religieuse » en feignant de croire sans doute qu’il y avait uniformité en 1789 dans ce domaine ; en  omettant tout simplement l’école laque de Jules Ferry – instrument de construction républicaine volontariste, – et enfin la loi de 1905 pourtant claire !

Et tout cela en n’hésitant pas à  évoquer l’article 2 de la Constitution de 1958 reprécisé par François Hollande : «  pas d’autre communauté que la communauté nationale »et … comble sans doute la charte des socialistes du 6 décembre 2014 qui souligne que «  la laïcité est au fondement du vivre ensemble démocratique »… Un rappel heureux conclut que, aujourd’hui, nous affrontons un combat idéologique dont la laïcité est la pierre angulaire.

Et ensuite !

Si l’ensemble des vœux concernant la lutte contre les inégalités sociales, le renforcement de la mixité (renforcement ou création d’ailleurs ?), l’engagement nécessaire, les questions économiques et sociales sont plutôt bienvenus sinon originaux, que dire de la suite ?

L’organisation de l’Islam français : est-ce à une République laïque (qui n’interdit aucun culte mais n’en » gère » aucun) d’organiser une religion, quelle qu’elle soit ? De participer à la formation de servants de ce culte, de construire des lieux de culte et – comble – de prôner l’existence d’établissements scolaires (certes sous contrat !) privés créant ainsi une nouvelle fracture dans la jeunesse en niant les principes républicains qui président à l’existence de l’école publique républicaine, laïque.

En clair ce groupe de travail revendique un droit constitutionnel à la différence, qui non content de reconnaitre des «  communautés » glisse vers du droit à la différence à la différence reconnue des droits.

Ignorance, panique ou tout simplement convictions élastiques ? ….  Nous préférons ne pas choisir la réponse