LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES POUR L’ECOLE MATERNELLE

LES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES POUR L’ECOLE MATERNELLE

Une semaine de 4 jours inadaptée et source de fatigue

Depuis 2008, les écoliers français avaient le nombre de jours d’école le plus faible des 34 pays de l’OCDE (144 jours contre 187 jours en moyenne). En particulier à l’école maternelle, nos jeunes élèves subissaient à la fois des journées trop chargées dans lesquelles les temps de classe et les temps de loisirs étaient mal équilibrés et trop de journées sans école ce qui était défavorable à la continuité des apprentissages.

Or, une trop grande concentration du temps d’enseignement est source de fatigue et de difficultés pour les élèves et peut mener, à terme, à la démotivation et au rejet de certaines activités scolaires. Ce constat est unanimement partagé par les scientifiques spécialistes des rythmes de l’enfant.

De nouveaux rythmes scolaires sur 9 demi-journées particulièrement adaptés pour l’école maternelle et qui favorisent les apprentissages.

La nouvelle organisation du temps scolaire est particulièrement adaptée à l’école maternelle car elle respecte les besoins et les rythmes physiologiques de l’enfant : à l’école maternelle, l’enfant a besoin d’une alternance équilibrée entre des temps d’activités, des temps de jeu, des moments de calme et de repos.

Dans l’intérêt des enfants, il est particulièrement important de pouvoir mieux répartir dans la semaine les temps scolaires en raccourcissant les horaires en fin de journée (par exemple en passant de 16h30 à 15h45) pour placer ces périodes le mercredi matin où l’attention des enfants et leur disponibilité sont plus grandes pour les apprentissages.

Le matin est un moment de la journée où l’élève est attentif. Ce sont ces moments que l’on privilégie pour des apprentissages demandant attention et concentration, tels que le langage oral, les situations d’écoute et de compréhension, les jeux d’observation, la découverte de l’écrit, les situations mathématiques, par exemple, en donnant le temps à l’enfant d’oser s’exprimer, essayer, manipuler, faire, refaire afin qu’il puisse mesurer ses progrès et gagner en confiance en lui au fur et à mesure de ses réussites