Journée mondiale de lutte contre le Sida – BOEN 43 du 2 mars 2006

Le concept d’une Journée mondiale consacrée à la lutte contre le sida est né en 1988, lors du Sommet des ministres de la santé sur les programmes de prévention du sida. Depuis, même si les efforts déployés pour contrer l’épidémie ont eu des résultats positifs, le dernier rapport de l’ONUSIDA indique néanmoins que celle-ci n’est encore jugulée dans aucune des régions du monde. Aussi les pouvoirs publics ont-ils toujours pour mission de réaffirmer le rôle central de la prévention et de l’éducation.

C’est pourquoi, dans le cadre de la politique nationale de prévention du V.I.H., l’École demeure un relais décisif. De nombreuses dispositions ont été prises pour accompagner et soutenir l’effort de prévention dans les établissements scolaires. Il importe de poursuivre, renforcer et pérenniser les actions engagées pour générer chez les élèves une véritable culture de la responsabilité, individuelle et collective, mais aussi une culture de la solidarité.

La généralisation des distributeurs de préservatifs dans les lycées s’inscrit dans ce dispositif. En effet, un effort sans précédent consenti par le ministère de l’Éducation nationale a permis en 2008 d’équiper l’ensemble des lycées d’un, voire de deux distributeurs de préservatifs. Il convient de veiller à ce que ces appareils soient maintenus en bon état de marche et d’approvisionnement.
De même, dans chaque lycée un espace d’affichage dédié doit impérativement préciser les horaires d’ouverture des infirmeries, les numéros verts, les coordonnées des structures locales d’information et de conseil ainsi que des centres de dépistage anonyme et gratuit (C.D.A.G.).

Une affiche, éditée et diffusée par l’institut national de prévention et d’éducation à la santé (I.N.P.E.S.), sera adressée aux lycées. Ciblée sur la prévention et rappelant les numéros de Sida Info Service, elle devra figurer dans cet espace d’affichage.
Je rappelle par ailleurs le rôle de l’instance opérationnelle que constitue le comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté (C.E.S.C.), qui a en particulier pour mission de programmer un plan global de prévention et construire les partenariats utiles. Les actions, engagées dès la classe de troisième, doivent prendre appui aussi bien sur les enseignements, notamment ceux de sciences de la vie et de la terre, les séances d’éducation à la sexualité que sur toute action éducative. Leur mise en ouvre privilégiera :
– une information claire, adaptée et actualisée de l’épidémie, ses modes de transmission et les moyens de prévention existants ;
– une approche permettant d’aborder de nombreux thèmes complémentaires tels que l’estime de soi, le respect d’autrui, la prise de risques, les relations interpersonnelles, la confiance, les discriminations.
Dans les lycées, il est essentiel que les élèves soient mobilisés par l’intermédiaire notamment de leurs délégués à la vie lycéenne. À cet effet une information sera disponible sur le site : http://www.vie-lyceenne.education.fr/

Enfin, à l’occasion de cette Journée mondiale de lutte contre le sida, pour sa quatrième édition de l’opération « Pour la vie », Sidaction, dans un partenariat renouvelé avec le ministère de l’Education nationale et France 5, édite sous forme d’un D.V.D. trois messages vidéo diffusés dans les lycées et dans les collèges pour les élèves des classes de 3ème, en complément des outils existants. Ces vidéos, qui présentent trois situations concrètes liées à une prise de risques, peuvent servir de support aux actions d’information et de prévention organisées dans les établissements scolaires le 1er décembre prochain.

L’ensemble des outils édités par Sidaction depuis 2005 constitue désormais une importante ressource documentaire d’information et de prévention du V.I.H./sida. Elle offre aux équipes éducatives un appui utile pour préparer et animer des actions adaptées à l’âge et aux questionnements des élèves. Ces documents peuvent être téléchargés sur le site de Sidaction : http://www.sidaction.org/ewb_pages/p/pour-la-vie.php

Je vous remercie des efforts qui ont déjà été engagés. Ils doivent résolument être poursuivis afin que l’École contribue efficacement à la lutte contre le sida.

Voir le bulletin original